déménagement Canada

Que vous soyez dans le camp Clinton, dans le camp Trump ou dans le camp « Sainte Mère de Dieu, inscrivons quelqu’un et finissons-en », tous les scandales et les piratages et la folie générale de cette saison électorale pourraient suffire à vous donner envie de jeter l’éponge et de partir vers le nord avant même que les bulletins de vote ne soient comptés. Mais qu’en sera-t-il après le 8 novembre ? Que se passera-t-il si – Dieu merci – le mauvais candidat se retrouve à la tête du pays ?

Etes-vous prêt à enfin mettre à exécution votre menace de déménager au Canada ? Pour vrai ?

Avant de faire vos valises et de constituer votre garde-robe North Face, sachez que si le pays des Canucks est très semblable à bien des égards, rejoindre les rangs des Canadiens ne sera pas aussi facile que vous pourriez le penser. C’est un processus.

Mais si vous êtes vraiment prêt à échanger votre tarte aux pommes contre des chips au ketchup, nous avons ce qu’il vous faut.

Vous aurez besoin d’une bonne raison pour déménager au Canada

Tout d’abord, il vous faudra une raison substantielle et démontrable de déménager, ou du moins une raison que le gouvernement canadien reconnaît et accepte. Voici un conseil : le fait de mépriser Trump, Clinton ou les politiciens en général ne suffira pas.

« Le gouvernement canadien n’admet pas les réfugiés politiques en provenance. Il faut des raisons plus substantielles pour déménager ».

Les raisons valables peuvent inclure la relocalisation pour le travail, la fréquentation d’une université, le mariage ou un autre changement de vie qui vous obligerait à être au Canada. Mais même si vous avez un changement de vie, vous aurez encore beaucoup de cerceaux à franchir.

La plupart des gens pensent que parce qu’il y a un changement de vie, il n’y a pas de raisons valables de déménager.

« La plupart des gens supposent que parce que le Canada et partagent une frontière – et en raison de la facilité générale avec laquelle les gens voyagent dans les deux sens – la relocalisation est également sans problème. Mais ce n’est pas le cas ». « L’immigration au Canada peut être difficile. Il y a beaucoup de règles et de restrictions pour l’admission. »

Voici donc la règle n° 1 : si vous voulez vous installer au Canada pour travailler, n’attendez pas d’être à la frontière pour chercher un emploi.

La règle n° 1 est la suivante.

« En règle générale, pour obtenir un visa de travail au Canada, il faut au minimum avoir reçu une offre d’emploi à l’avance ». Même chose si vous fréquentez une université ou si vous vous mariez avec un Canadien. Mettez le processus en marche avant votre arrivée, car cela pourrait prendre des mois.

Veillez à ce que vos papiers de visa et d’immigration soient en ordre

Une fois que vous avez une raison valable de rester dans le pays à long terme, vous allez devoir assembler vos papiers. Beaucoup, beaucoup de paperasse. Tous vos documents requis doivent être complets, exacts et vérifiables – ce qui fait trébucher certaines personnes.

« Nous voyons des cas qui auraient dû être approuvés, mais qui ont été refusés parce qu’ils n’ont pas rempli correctement les formulaires ou fourni des informations. Dans certains cas, nous pouvons résoudre ces problèmes. Dans d’autres cas, il peut être trop tard ».

Au minimum, vous devez être prêt à fournir des preuves de votre résidence actuelle, de vos revenus et de votre valeur nette, de votre niveau d’éducation et de vos antécédents.

La demande de permis de conduire doit être faite par écrit.

Si vous déménagez pour des raisons professionnelles, vous devrez fournir une preuve de votre statut professionnel (votre futur employeur peut vous aider), et vous devrez vous soumettre à une vérification de vos antécédents. Il n’est pas impossible de faire tout cela soi-même, mais si l’idée de vous y attaquer seul vous rend nerveux, vous pouvez faire appel à un expert en immigration. Ces professionnels peuvent vous aider à vous débrouiller avec la paperasse, les délais de dépôt et les formalités administratives.

Canada

Demandez la citoyenneté canadienne

Vous ne deviendrez pas citoyen canadien tout de suite, quelle que soit la raison de votre déménagement. Le processus d’obtention de la pleine citoyenneté prend généralement des années.

« Il m’a fallu deux ans et des milliers d’euros de frais juridiques pour obtenir le statut de résident permanent. La double citoyenneté, c’est encore dans des années ».

Adaptez-vous à la vie au Canada

Une fois que vous y êtes, vous pourriez avoir une autre surprise à venir : le Canada est en fait un pays différent. Bien que les personnes et les Canadiens se ressemblent à bien des égards, il y aura des bizarreries auxquelles vous devrez vous habituer.

La vie au Canada n’est pas une sinécure.

Prenez, par exemple, votre café du matin.

« Si vous commandez un café ordinaire, il sera accompagné de lait et de sucre, et si vous commandez un double double, vous n’aurez pas un café plus grand ou plus fort, mais un double lait et un double sucre. Les portions canadiennes sont plus petites, donc si vous commandez un double double à emporter, vous obtiendrez un gobelet en papier que vous pouvez tenir entre votre pouce et votre index par le haut et le bas, et il y aura surtout du lait et du sucre ».

Il y a aussi d’autres ajustements plus importants, qui pourraient être potentiellement coûteux (et embarrassants) si vous n’étudiez pas. Par exemple, le Canada utilise le système métrique, et si vous regardez les miles par heure sur l’odomètre de votre voiture, vous pourriez dépasser la limite de vitesse canadienne.

La plupart des pays utilisent le système métrique.

« Dans certains endroits, si vous conduisez 50 kilomètres (traduction : environ 30 mph) au-dessus de la limite, ils peuvent réellement saisir votre voiture ».

Mais il y a un gros avantage. Il s’avère que le stéréotype accueillant et amical des Canadiens a des racines dans la réalité.

« Je n’ai été arrêté qu’une seule fois, et j’ai pensé que j’étais peut-être dans une émission de caméra cachée de « Punk the American’, l’officier était si gentil ». « Il était comme une parodie de la gentillesse canadienne. Il n’arrêtait pas de s’excuser, « Aw geez ! Je suis vraiment désolé de devoir faire ça. Vous avez l’air vraiment gentil, laissez-moi vous dire comment battre ce truc. » Je ne peux pas imaginer à quel point le pauvre gars se serait senti mal s’il avait dû prendre ma voiture. »

Cela pourrait faire en sorte que toute cette paperasse (et ces chips de ketchup) en vaille la peine. Mais si vous n’êtes pas sûr, vous avez encore du temps pour vous décider. Après tout, le président Obama ne quittera pas officiellement ses fonctions avant janvier.