Catégories
Immobilier & achat & vente

Comment mener à bien une vente à découvert : mystère résolu !

Les ventes à découvert sont de plus en plus courantes dans le secteur de l’immobilier. Une vente à découvert est la vente d’un bien immobilier dont le produit de la vente est inférieur au solde des dettes garanties par des privilèges sur la propriété et le propriétaire n’a pas les moyens de payer les privilèges en totalité. En « Layman’s Terms, »le propriétaire doit plus sur la maison que ce que le marché « permettrait » pour la vente de la maison.

Une vente à découvert peut être frustrante pour tous ceux qui sont impliqués dans la transaction immobilière, y compris les acheteurs, les vendeurs, les agents immobiliers, les avocats et les autres professionnels. Si elle n’est pas gérée correctement, une vente à découvert, peut prendre de nombreux mois et peut encore ne pas être approuvée par le prêteur ! Bien qu’il soit pratiquement impossible que le  » mystère  » de la vente à découvert soit complètement résolu, il y a beaucoup de choses qui peuvent aider à améliorer la probabilité d’une vente à découvert réussie !

Créer une lettre de difficultés significative et bien pensée

Bien souvent, avant qu’une banque n’approuve une vente à découvert, elle exige une lettre de difficultés. Les difficultés ne sont pas toujours directement liées aux finances. Les difficultés peuvent inclure des choses telles que (mais non limitées à) le chômage, un décès dans la famille, une maladie ou une urgence médicale, un divorce ou une réduction des revenus. Cette lettre est l’occasion pour le propriétaire de « gagner » le prêteur. Les prêteurs ne sont pas obligés d’accorder une vente à découvert à un propriétaire. Assurez-vous que cette lettre est significative et bien pensée, car elle peut être la seule occasion d’obtenir l’octroi d’une vente à découvert.

Sélectionner un agent immobilier de vente à découvert performant

Tous les agents immobiliers sont différents ! Quel type de propriétés inscrivez-vous ? À quel « type » de vente, participez-vous normalement ? Ce ne sont que quelques questions à poser pour s’assurer de choisir le « bon » agent immobilier. Il y a beaucoup d’agents immobiliers qui n’ont aucune idée quand il s’agit de gérer avec succès une vente à découvert. S’assurer que l’agent immobilier a traité avec succès une vente à découvert dans le passé est important. Une vente à découvert peut demander beaucoup d’efforts et de suivi et il y a beaucoup d’agents immobiliers qui ne font pas et ne feront pas cet effort supplémentaire !

Autoriser l’agent immobilier à discuter avec le prêteur


Les prêteurs ne parleront à personne d’un compte, sauf au créancier crédit. Ceci, bien sûr, à moins que le propriétaire de la maison autorise le prêteur à discuter de son compte avec d’autres personnes. Certains prêteurs ont des formulaires (communément appelés autorisation de divulguer des informations) que le propriétaire doit remplir, d’autres non. Que le prêteur dispose ou non du document, il peut s’agir d’une simple lettre du propriétaire au prêteur. Il est absolument essentiel que l’agent immobilier soit autorisé à discuter du compte de son client avec le prêteur. Si le « bon » agent immobilier est choisi pour s’occuper de la vente à découvert, il doit savoir exactement quelles questions poser.

vente à découvert

Garder tout le monde engagé et informé

Comme mentionné ci-dessus, une vente à découvert peut être très frustrante pour de nombreuses parties différentes impliquées dans la transaction immobilière. Un acheteur qui cherche à potentiellement acheter une vente à découvert doit savoir avant tout que la patience est de mise ! Il peut s’écouler des semaines et des mois avant que certains prêteurs approuvent ou non une offre d’achat. Cela peut être encore plus frustrant pour toutes les personnes concernées s’il n’y a pas de dialogue ou de communication. Un agent immobilier qui est un spécialiste de la vente à découvert devrait être en mesure de garder toutes les parties engagées et mises à jour, souvent, même si la mise à jour est quelque chose de très minime.

Avoir un prêteur coopératif et réceptif

Avoir le meilleur agent immobilier de vente à découvert et permettre à cet agent de discuter avec le prêteur est important, cependant, si le prêteur n’est pas coopératif et réactif, cela ne veut rien dire ! Les appels téléphoniques, les courriels et les documents postés auxquels on ne répond pas sont autant d’éléments qui garantissent l’échec de la vente à découvert. Une raison courante pour les prêteurs non coopératifs et non réactifs est qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face à un volume élevé de ventes à découvert.

Être prêt à conclure une fois que le prêteur a approuvé la vente à découvert


Une fois que le prêteur approuve la vente à découvert, si possible, toutes les personnes impliquées dans la transaction doivent être prêtes à conclure ! Certaines lettres d’approbation du prêteur peuvent expirer rapidement (30-60 jours) et une prolongation de la vente à découvert n’est pas garantie. Il est important que les avocats aient examiné les documents (titre, enquête, résumé, etc.) et que l’acheteur ait été approuvé (évaluation terminée, inspections terminées) et que toutes les personnes impliquées dans la conclusion de la transaction aient assumé leurs responsabilités. Puisque les clôtures peuvent prendre de 60 à 90 jours à partir du contrat, si la banque approuve avec seulement une lettre d’approbation de 30 jours, cela peut être un problème.

Encore une fois, il est pratiquement impossible que le « Mystère » de la vente à découvert soit complètement résolu. Ce qui précède sont des éléments qui peuvent aider à mener à bien une vente à découvert ! Quels autres conseils et/ou astuces donneriez-vous à un propriétaire envisageant une vente à découvert ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *