Catégories
Arts, culture & Loisir

Qu’est-ce que le symbolisme ? Explication à l’aide d’exemples de différents genres

Mouvement artistique de la fin du XIXe siècle, le symbolisme a affecté l’art et la littérature de manière très significative. Cet article explique ce qu’est le symbolisme dans la fiction, la poésie et l’art.

Le mouvement du symbolisme trouve ses origines en France et en Belgique au 19e siècle. La première instance de celui-ci dans la littérature est souvent citée comme l’œuvre poétique de Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal (ou Les Fleurs du Mal). La croyance suit la représentation métaphorique de la vérité, que ce soit en art ou en littérature. Plutôt que d’exprimer une idée ou une opinion ou de décrire une personne ou une situation telle qu’elle est, les symbolistes ont recours à des métaphores et incorporent des allusions qui confèrent un sous-entendu symbolique aux images et aux objets.

On pense que l’émergence de ce mouvement est une réaction contre les mouvements du naturalisme et du réalisme. Les adeptes ont fait valoir que l’objectif de l’art et de la littérature est de capturer l’essence centrale des vérités absolues en les abordant indirectement de telle sorte que l’idée soit transmise sans utiliser de longues et fastidieuses descriptions ou détails. Par exemple, le symbolisme du lys, que ce soit dans l’art, la prose ou la poésie, est utilisé pour faire allusion à la pureté, à l’innocence et à la virginité.

Dans la fiction

Le symbolisme dans la prose a une très longue et riche histoire. Les œuvres de nombreux auteurs éminents contiennent des allusions ingénieusement insérées parmi la prose. Les raisins de la colère, le roman de John Steinbeck récompensé par le prix Pulitzer, présente un bon exemple de symbolisme transcendantal dans la littérature fictionnelle. Parmi les autres exemples, citons Le seigneur des mouches du prix Nobel William Golding, Macbeth de William Shakespeare et Pilgrim’s Progress de John Bunyan.

genres symbolisme

Dans la poésie

Le réservoir le plus abondant de symbolisme littéraire n’est autre que la poésie. C’est parce que la poésie sert de terrain plus propice au symbolisme en raison de la préférence accordée aux allusions indirectes pour conférer une éloquence poétique au sujet. Un poème comporte moins de description et plus de sentiment de l’idée centrale. Même lorsqu’il comporte des éléments descriptifs, il choisit de l’accompagner par des métaphores et des allusions plutôt que par une explication. En voici quelques exemples :

Rose, tu es malade!
Le ver invisible
Qui vole dans la nuit,
Dans la tempête hurlante,
A découvert ton lit
De joie cramoisie :
Et son sombre amour secret
Détruit ta vie.

« La rose malade » de William Blake.

Un seul fleuron qu’il m’a envoyé, depuis notre rencontre.
Tout tendrement, il a choisi son messager;
Cœur profond, pur, avec une rosée parfumée encore humide –
Une rose parfaite.
Je connaissais le langage du fleuron;
« Mes feuilles fragiles, disait-il, son cœur enferme. »
L’amour a longtemps pris pour amulette
Une rose parfaite.
Pourquoi personne ne m’a encore jamais envoyé
Une limousine parfaite, supposez-vous ?
Ah non, c’est toujours ma chance de recevoir
Une rose parfaite.

« Une rose parfaite » par Dorothy Parker.

Dans ces deux poèmes, la fleur est très dominante, et tout ce qui entoure les roses imprime des significations différentes à son être. Outre la rose et le lys, la fleur de lotus se retrouve également dans des œuvres littéraires et philosophiques et elle fait allusion à la beauté spirituelle et à l’épanouissement progressif de la conscience supérieure.

Dans l’art, la fleur de lotus est un élément essentiel.

Dans l’art

Dans le tableau, La Caresse de Khnopff, l’image d’une femme au corps de léopard caressant un jeune homme est fortement symbolique de l’agressivité sauvage dormante qui se cache sous une façade extérieurement bénigne. De nombreuses œuvres artistiques de Khnopff traitent du sujet de la dualité de l’identité d’une femme, à la fois angélique et fatale. En termes d’art populaire, les arbres et les libellules ont également des associations très intéressantes. Si le premier symbolise l’unité et l’interdépendance de la vie cosmique, la seconde représente le subconscient (comme un miroir auquel les ailes de la libellule ressemblent) et le fait de sonder au-delà de la surface pour atteindre la vérité complète. En tant que tels, ces motifs sont très populaires comme sujets d’art du tatouage en raison de leurs profondes connotations philosophiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *