féminisme

Le féminisme est un concept intéressant, et a été la base de la lutte pour l’égalité des femmes dans la société depuis le XIXe siècle. L’égalité est l’objectif de base du féminisme, bien que chaque type l’envisage sous un angle différent. Il vous parle de 8 types de féminisme différents.

« Nous ne pouvons pas tous réussir quand la moitié d’entre nous est retenue. »
– Malala Yousafzai
Récipiendaire du prix Nobel de la paix (2014)

Dans chaque groupe d’individus conformes, il y a quelqu’un qui choisit de défier les modes de vie autrement incontestés tels que nous les connaissons. Le mode de vie n’est pas discuté par tout le monde – nous croyons ce que nous voyons autour de nous, et nous vivons en fonction de cela, même si cela semble biaisé pour la moitié d’entre nous, les humains, et injuste pour l’autre moitié. C’est alors que cet individu défie ces soi-disant coutumes, et ouvre une voie nouvelle, différente, vers l’avenir.

Bien que la plupart d’entre nous soient très chanceux d’avoir échappé aux préjugés, aux partis pris et aux traitements injustes basés sur notre sexe, l’histoire (ainsi que les grands-mères, tantes, mères, nourrices) nous ont tous raconté comment les femmes étaient continuellement opprimées dans la société par le passé. Ce n’était pas quelque chose que l’on remettait en question – c’était simplement la façon dont le monde était fait. Les hommes étaient supérieurs, et les femmes étaient faibles et inférieures. Leur place légitime était dans la cuisine de leur maison. Est-ce que la simple pensée de cela vous met en colère autant que moi ? Et pourtant, c’était l’état des femmes jusqu’à il y a quelque temps.

Les femmes, ainsi que certains hommes radicaux ont supporté cela du mieux qu’ils ont pu, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus le supporter, et c’est ainsi qu’est né le féminisme. Le féminisme ne se limite pas à un seul type, en fait, il y a plusieurs types de féminisme, chaque type devant se concentrer sur un point individuel qui lui semble le plus important. Avant d’aborder les types de féminisme, arrêtons-nous pour définir le féminisme en tant que concept, ainsi que son contexte.

Féminisme : signification et contexte

Le féminisme est, en résumé, la théorie de l’égalité politique, économique et sociale des sexes. (Merriam-Webster) Cependant, ce n’est pas seulement une théorie. C’est un ensemble de diverses idées et actions entreprises qui ont eu un objectif similaire, à savoir assurer l’égalité entre les hommes et les femmes. Avant même que le féminisme ne s’élève comme un mouvement à travers le monde il y a des décennies, il y a eu des femmes et des hommes qui se sont battus pour que les femmes aient des droits et un statut égaux dans la société.

Le terme « féminisme » a été inventé en 1837 par un philosophe français, Charles Fourier. Bien que les objectifs et les ambitions de chaque mouvement dépendaient considérablement de la société, de la culture et des désirs et besoins des femmes dans cette région, les historiens pensent que l’objectif principal et commun entre tous les mouvements féministes était et continue d’être d’essayer d’assurer l’égalité entre les hommes et les femmes en ce qui concerne le gouvernement, les questions économiques, les questions socio-politiques et tous les différents droits qui étaient réservés aux hommes.

Les mouvements féministes ont connu trois « vagues », ou étapes qui traitaient des mêmes problèmes et questions, mais avec une perspective différente. La première « vague » du mouvement féministe observée dans les années 1800 et au début des années 1900 se concentrait sur le suffrage des femmes, l’égalité des droits de propriété, les droits parentaux, les droits liés au mariage et leur droit de vote. La deuxième « vague » a préconisé l’égalité juridique entre les hommes et les femmes, tout comme le mouvement de libération des femmes observé dans la dernière partie du XXe siècle. La troisième « vague » du féminisme continue d’œuvrer pour la correction des erreurs commises ou des échecs rencontrés au cours de la deuxième phase.

types féminisme

Types de féminisme

Selon les différents aspects d’un même objectif, le féminisme est catégorisé en plusieurs types, comme nous allons le voir dans cette section. Les listes de la catégorisation ne sont pas dans un ordre particulier.

Féminisme libéral

Le féminisme libéral prône l’égalité entre les sexes par le biais de réformes sociales et politiques, et de moyens juridiques. Les féministes libérales insistent sur l’importance de l’individu, et pensent que chaque femme peut affirmer sa place dans la société et obtenir les droits qu’elle mérite. Certains objectifs très importants du féminisme libéral sont le droit à l’avortement, l’égalité de rémunération entre les employés masculins et féminins, le droit à l’éducation, le droit de vote, la garde des enfants, les soins de santé, etc. Le féminisme libéral penche davantage vers la perspective de la « similitude », et cherche à apporter un changement uniquement dans l’état actuel de la société, et non une révolution en tant que telle.

Féminisme radical

Bien que beaucoup considèrent le féminisme radical comme un type indésirable du concept, il est en fait responsable du développement de nombreuses pensées, idées et actions qui seraient autrement évitées par les autres types de féminisme. Le féminisme radical tire son nom du mot latin, qui signifie racine. Dans ce contexte, le féminisme radical croit qu’il faut « aller à la racine » ou à la source (du problème). Le féminisme radical croit que c’est la hiérarchie dominée par les hommes (ou patriarcat) qui est responsable du statut opprimé des femmes aujourd’hui. Selon cette branche du féminisme, si des changements ne sont pas apportés à cette hiérarchie, il ne peut y avoir d’égalité entre les hommes et les femmes, et une reconstruction totale de la société est nécessaire pour apporter les réformes souhaitées. Au fil du temps, le féminisme radical a donné naissance à plusieurs sous-catégories qui se concentrent chacune sur une question particulière avec une approche similaire.

Féminisme culturel

Certains experts estiment que le féminisme culturel est une branche du féminisme radical, tandis que d’autres pensent que les deux diffèrent considérablement. Le féminisme culturel estime que la société a besoin d’une « essence » féminine ou d’une « nature » féminine. Ce type de féminisme estime que les qualités présentes chez les femmes sont non seulement uniques, mais également supérieures à celles présentes chez les hommes. Ces qualités, disent les féministes culturelles, sont plus de nature psychologique et culturelle que biologique. Ces féministes croient que l’essence féminine devrait être célébrée, et infusée dans le monde dominé par les hommes afin d’apporter le bon équilibre au fonctionnement de la société.

Féminisme socialiste et marxiste

Ce type de féminisme croit que le statut opprimé des femmes peut être attribué à l’inégalité de traitement à la fois sur le lieu de travail, et dans la maison. L’exploitation financière et personnelle, l’institution du mariage, la naissance et la garde des enfants, la prostitution et le travail domestique, selon les féministes socialistes, sont des outils pour dégrader les femmes, et le travail qu’elles font, dans une société dominée par les hommes. Elles croient en un travail qui provoque des réformes dans la société dans son ensemble, et non pas au niveau individuel ou communautaire.

Marx était d’avis que le système capitaliste était à blâmer pour les inégalités auxquelles étaient confrontées les classes ouvrières, et que la suppression du système capitaliste ferait disparaître ces inégalités, ce qui, en fin de compte, réduirait également les inégalités entre les sexes. C’est l’attitude adoptée par le féminisme marxiste. De nombreuses féministes socialistes et marxistes associent ces philosophies pour parvenir à l’égalité des sexes dans les sphères professionnelle et personnelle. Le féminisme socialiste et marxiste se considère souvent comme une sous-catégorie du féminisme radical, se référant seulement à une « racine de tous les problèmes » différente, qui est le système économique.

Ecoféminisme

L’écoféminisme est en fait la combinaison de l’écologie, et du féminisme, qui s’attarde sur la relation symbolique entre l’oppression des femmes, et la destruction de l’environnement. Il est en fait un peu philosophique, et spirituel dans la nature, et donc a été la cible de critiques pendant longtemps. L’écoféminisme croit que la destruction de l’environnement et l’oppression des femmes dans la société sont symboliquement liées l’une à l’autre. Selon cette théorie, tout comme les hommes contrôlent et détruisent l’environnement pour leur propre bénéfice et plaisir, ils contrôlent et oppriment les femmes aussi, pour la même raison. L’écoféminisme préconise que les femmes doivent essayer de réduire la destruction de l’environnement autant que possible, et de créer et maintenir un environnement sain pour réparer l’injustice sociale aussi bien qu’environnementale.

Féminisme noir

Le féminisme noir estime que le racisme et la discrimination sexuelle sont les deux faces d’une même pièce. La libération et l’affranchissement de l’oppression des femmes noires assureraient l’égalité pour tous, selon les Black Feminists, qui se désignent elles-mêmes comme des « Womanists ». Le féminisme noir croit que si la libération des femmes noires est réussie, cela signifierait la libération de toutes les femmes, de la discrimination raciale, ainsi que de la discrimination basée sur les classes économiques.

Féminisme séparatiste

Le féminisme séparatiste est contre le concept de relations hétérosexuelles, disant qu’il n’est pas possible de résoudre les différences sexuelles qui existent entre un homme et une femme. Les féministes séparatistes croient qu’aucun homme ne peut contribuer positivement au mouvement féministe, et donc qu’il est tout simplement préférable d’éviter les relations avec les hommes, car même les hommes les plus radicaux montrent des signes de patriarcat quelque part ou l’autre.

I-Féminisme

Le I-féminisme est une branche plus récente du féminisme qui se concentre sur l’individualité des femmes, ainsi que sur leurs choix individuels. Les I-féministes tiennent compte de la liberté, de la paix et de l’harmonie dans la société en fonction des choix individuels, et soutiennent chaque choix personnel, des relations hétérosexuelles aux relations homosexuelles en passant par la pornographie. Les militants de l’I-féminisme estiment que chaque femme est responsable de sa vie, de son statut et de ses choix. Ils n’attendent pas du gouvernement qu’il les aide spécifiquement à atteindre ces objectifs ; ils pensent que chaque femme peut atteindre ses objectifs personnels et en être personnellement responsable.

L’égalité des sexes n’existe pas.

L’égalité n’existe pas dans une société où les hommes se sentent supérieurs aux femmes de quelque manière que ce soit, que ce soit en matière de conduite, d’intelligence, sur le lieu de travail, de gestion des finances, de prise de décision ou même de gestion d’un pays entier. De même, le féminisme n’existe pas lorsque les femmes pensent être supérieures aux hommes de quelque manière que ce soit. Le féminisme prône une égalité totale entre les deux sexes – il ne devrait y avoir aucune hiérarchie, ni aucune pyramide sociale.